C'est quoi un truc mature ? (One Shot)

2020-11-18

Suffit de passer 5 minutes sur n'importe quel forum pour voir des gens gueuler leurs goûts. Les arguments qui me marquent étant la profondeur, la complexité et la maturité. En ressortant un peu traumatisé à chaque fois, j'ai fini par me dire qu'être un vrai adulte, ce n'est que consommer des trucs biens matures. Un vin vieilli de 300 ans à une critique post-moderne de la société capitaliste...

Mais ça veut dire quoi en fait ? Surtout, en quoi un truc soi-disant mature est mieux qu'un qui ne l'est pas ? Car lâcher des propos comme "Pokémon c'est enfantin"... Bha ok, pourquoi pas, mais est-ce immature pour autant ?

En vrai, j'aime pas trop Pokémon, l'exemple était juste efficace. Alors je vais plutôt me baser sur la "mystérieuse" saga de Zelda pour tenter de décortiquer tout ça.

C'est comme un fruit

Ce qui m'a toujours troublé dans la maturité, c'est que le mot semble souvent être une valise. Alors, on va aller faire un petit tour sur Wikitionnaire pour mettre un peu de sens dans tout ça. En gros, la maturité, c'est lorsqu'un organisme a atteint son plein potentiel. Genre, un fruit mûr. Si je transfert tout ça à l'humain, la maturité serait alors lorsque le cerveau aurait fini de se développer ? Le problème que j'ai avec cette définition, c'est qu'elle se limite pas mal au biologique et une oeuvre de fiction, ce ne l'est pas. Une personne approchant la fin de vie, en retour, pourrait être considérée comme bien mature. Non pas nécessairement pour sa biologie, mais son expérience de vie. En d'autres mots, pour sa sagesse.

Sagesse...

C'est le mot qui bloque. Sagesse, ce n'est pas évident à définir et je n'ai pas envie d'embarquer sur ce terrain glissant. Continuant cependant sur la tangente, j'imagine qu'on va souvent considérer une personne de mature lorsqu'elle possède assez d'humilité et de clairvoyance afin de décrire les choses pour ce qu'elles sont. Bref, à l'instar d'un fruit assez développé pour être savouré, c'est une idée prête à être partagée à et être interprétée par d'autres personnes.

On a là 2 éléments : un temporel qui se ramène au développement d'une complexité, et donc de nuances. Tel un vin bien fermenté j'ai envie de dire. L'autre idéologique, qui se ramène à la valeur des propos selon les circonstances. C'est ce deuxième point je crois qui pose vraiment problème.

La saga Zelda est selon moi un excellent exemple pour traiter du sujet. Elle regroupe des jeux assez bons publics qui ont façonnés l'image que bien des jeunes, aujourd'hui adultes, ont du jeu vidéo et même du monde en général. Y a pas à dire, il y a de sacrées belles thématiques dans les Zelda, surtout dans ceux qui ont marqués les adultes d'aujourd'hui, c'est-à-dire Link's Awakening, Ocarina of Time et Majora's Mask Je vous jure, j'ai pas de préjugé. À cause de ce lien que nombre d'entre-nous possède avec cette série, une tendance à la mettre sur un pied d'estale est quand même très courante, surtout chez ces plus grands fans. Tendance qui mène les débats sur la maturité de la série à être assez brûlant quand même...

Et donc ? Zelda. C'est mature ou pas ?

Si je me fis à ce que j'ai décrit plus haut, bha... Oui et non en fait.

Un jeu vidéo, c'est un objet assez complexe quand même... Techniquement parlant, Ocarina of Time est très immature, comme c'est l'un des permiers jeux en trois dimensions. De sorte que la technique a certainement eu le temps de fermenter un peu pour arriver à ce qu'elle est aujourd'hui. En même temps, il est aussi dans les premiers à offrir une expérience 3D plaisante avec une caméra qui décide de ne pas faire n'importe quoi. Cela signifie que les développeurs étaient suffisamment matures en informatique afin d'expérimenter quelque chose de nouveau et de le maîtriser. Ce n'est pas rien quand même. Cet exemple touche un peu ce que nous avons définis comme temporalité.

Vient l'idéologique...

Je crois que lorsqu'on parle de maturité, il y a une tendance à ne pas faire la distinction entre les propos adultes et enfantins. Les gens prennent pour acquis qu'adulte = mature et enfantin = immature, d'où mon exemple que Pokémon est trop "enfantin", alors qu'on s'en fou en fait. Dans ces temps-là, il s'agit plutôt de savoir qui est le public visé, car chacune et chacun possède des référents différents. Ces référents sont ces images auxquelles on reli les choses afin d'en donner un sens. Généralement, entre un adulte et un enfant, ces images diffèrent. L'exemple flagrant étant la mort, bien que ce soit débattable. De sorte qu'une oeuvre enfantine peut facilement sembler adulte chez une personne qui réinterprétera ce sens en vieillissant. Sur ce point, la saga Mother/Earthbound est révélatrice, mais ce sera pour une autre fois. Il y a aussi les représentations de la sexualité entre le Japon et l'occident qui est très intéressante. Celle du Japon sera souvent considérée comme enfantine, alors que les référents diffèrent ici à cause de la culture. Enfin, je ne vais pas en parler car ce post va jamais finir.

Avec ça donc, on s'entend pour dire que le vécu adulte et enfantin diffère. Et si on revenait à la maturité ? Les propos matures auraient la marque d'un vécu. Les immatures la marque d'un désir d'avoir ce vécu. Ce qui se traduit par des représentations forcées ou mal interprétées. Savoir dans quelles catégories les propos tombent revient alors à considérer s'ils maîtrisent suffisément leur sujet, ce qui dépend du jugement propre à chacun. En exemple, ce n'est pas parce qu'une chose traite de sexe et de drogue qu'elle est nécessairement mature. Surtout quand il y un manque flagrant de nuances et qu'un personnage paumé de la vie l'exprime que par des "fuck" et des "shit" à foison. En même temps, s'exprimer en de superbes phrases pour n'absolument rien dire laisse paraître la même immaturité, à savoir, n'être capable de montrer les choses pour ce qu'elles sont. Le superflus n'apporte rien, si ce n'est un cache-misère à ce manque. Ça peut aussi être vrai dans l'autre sens. Représenter l'adolescent touchant à de la drogue comme un bum qui va finir dans la rue représente une sérieuse immaturité par rapport à la réalité adolescente. Bien qu'il s'agisse plutôt de propagande pour sensibiliser sur le sujet, mais bon...

Là vient la magie de la subtilité, comme elle permet de traiter de sujets sans tomber dans une profondeur qui trahirait un manque de compétences. La subtilité permet aussi la formation d'un espace d'interprétation pour la joueuse et le joueur afin de combler le vide laissé. Cette espace d'interprétation propre à chacune et chacun signifie que les thématiques véhiculées proviennent à la fois du jeu que de notre propre sensibilité. Bam, une illusion de maturité ressort nécessairement d'une telle liberté. Si la subtilité peut alors être un moyen astucieux afin de combler des vides, parvenir à l'utiliser correctement sous-entends justement une maturité suffisante chez les auteurs.es. Savoir quand marquer la ligne nécessite une maîtrise du sujet, mais aussi un désir de ne pas imposer sa vision aux autres.

Zeldaaaaa !!!!!

Pouaaaah... Je crois qu'on commence à s'en sortir.

Par exemple, Ocarina of Time porte sur le passage à l'âge adulte, représenté par le deuil. Tout au long de sa quête Link ne fait que perdre des amis et autres êtres proches de lui. The Great Deku Tree, Saria, Navi, Hyrule au grand complet suivant le bon de 7 ans, etc. Link est coupé du monde, et même, d'une certaine façon, rejeté par ce dernier. Autant sa quête d'enfance est la découverte du monde suivant la perte d'une figure parentale, autant sa quête d'adulte c'est accepter que plus jamais le monde ne sera comme avant. Le jeu est encore une fois assez varié et subtil afin de ne pas marterler ses joueuses et jouers afin de les laisser libre d'interpréter. Bref, il semble que nous avons un exemple de maturité ici.

Afin de rester sur le scénario, le jeu est aussi immature sur certains points. Ganondorf. C'est intéressant, car il revient à considérer si du racisme, ou encore du sexisme, est une preuve d'immaturité ? C'est difficile à critiquer aussi comme une telle chose revient plus à juger la culture englobant le jeu que l'équipe derrière. Du coup, en quoi la conception de Ganondorf est immature ? Il est trop un personnage fonction, vu son importance. C'est un tir que Majora's Mask (avec Skull Kid) et The Wind Waker corrigent d'ailleurs. Non pas en donnant des raisons d'agir à leur méchant, mais en leur offrant un comportement qui justifie leurs actions. À l'inverse des thématiques sur le deuil, OOT martèle le rôle de Ganondorf sans ne donner de libertés d'actions au personnage, autre que sa fonction. Pour des personnages comme Majora ou Demise, ça fonctionne comme ils sont des avatars justement. Ils sont une représentation physique de ce qu'est le mal, ce que Breath of the Wild décide de pousser à l'exrême. Ganondorf OOT en revanche, c'est un McGuffin qui ne sert qu'à justifier la quête du jeu, sans être un avatar. Ce n'est pas un problème en soi. Cela fait simplement en sorte qu'il est un personnage immature, incomplet. J'avoue ne pas être convaincu cela dit... Je ne parviens pas à mettre le doigt sur un truc.

La finalité

Ça one shot commence à être long, alors je vais warp up un peu tout ça.

La maturité est bien un gage de qualité je suppose, mais n'amène pas nécessairement de prises de risques. J'avoue avoir un faible pour ce qui est immature en conséquence d'une tentative, à l'inverse de ce qui est mature, mais reproduis ce qui existe déjà. Tenter des choses nouvelles mène nécessairement à une certaine immaturité et c'est par leur reproduction qu'on peut espérer atteindre la maturité. Après tout, la valeur change complètement entre la facette temporelle et celle idéologique. En même temps, une oeuvre peut avoir tellement d'aspects que nécessairement, certains seront plus matures que d'autres. Non plus, je ne veux pas tomber dans un absurde relativisme où ce n'est même plus possible de critiquer les choses. Je veux juste dire que tout le monde possède ses propres référents et que s'il y a le désir de traiter de la maturité d'une oeuvre, voire sa qualité, il est nécessaire d'utiliser les mêmes référents. Sans ça, les gens sur internet font juste toutes parler d'une chose différente.

That's all. See ya.